Sébastien Lenthéric

Metteur en scène, comédien & performeur

 

Entre 1996 et 2000, il se forme au conservatoire de Montpellier puis à l’E.R.A.C (École Régionale d’Acteurs de Cannes). En 1999, dans le cadre des ateliers libres de l’E.R.A.C Sébastien Lenthéric monte un projet autour des écrits de Michel Serres au festival des Informelles (théâtre des Bernardines, Marseille). C’est le début d’une envie de travail collectif et transversal.

En 2001, il s’associe avec Corinne Nguyen-Thanh (photographe) au sein du N.U collectif, groupement d’artistes consacré essentiellement aux arts vivants et aux arts plastiques (photos, dessins, installations…), dont il est le principal animateur. «Routes et Déroutes », projet sur les écrits de Nicolas Bouvier est créé en 2004 au théâtre d’O, puis repris à Paris à la Ménagerie de verre en 2006.

Parallèlement, il travaille entre 2000 et 2001 avec la Cie Arketal (théâtre de marionnettes) et commence, la même année à répéter avec la Cie Pétrole, la Cie Myrtilles et la Cie Banal Molotov (théâtre de performance et danse – théâtre) pour des projets réalisés entre 2002 et 2003. Il joue aussi avec la Cie In Situ dans le spectacle « Un dîner chez Dumas le père » repris au Printemps des Comédiens en 2003. De 2005 à 2009, il travaille avec Philippe Genty sur le spectacle et la tournée internationale de « La fin des terres ». En 2009, il crée « Tête de Nuit », spectacle pluridisciplinaire où marionnettes, animations, performances & jeu se mêlent pour interroger le personnage à part entière de Bruno Schulz, suit « Frontière » en 2010 avec la chorégraphe Brigitte Negro,(…) et « Auborddugouffre » en 2011 sur une mise en scène de Lucille Calmel créé en belgique au Théatre des Tanneurs. Puis il rejoint Hélice-théatre pour la création d’un spectacle jeune public « la grande Cuisine ».
Invité par le domaine d’O dans le comité de pilotage de la première université d’été du réseau « Imagine 2020 » il participe à cette première rencontre entre scientifiques et artistes européens en août 2011. Il continue aussi de travailler sur le projet «Vue(s)» de la cie de danse comme ça dirigé par Muriel Piqué autour des écrits de Vanina Maestri . Ce projet a été présenté en juin 2012 au festival Uzés Danse.

En 2012, il joue dans la création de « Violet » de Jon Fosse par la Cie Trois-Six-Trente.

En partenariat avec U structure nouvelle, le NU collectif développe le projet «le facteur bancal» dans le cadre de
«sciences fictions» initié et produit par le domaine d’O. Ce projet « work in progress » est une création collective sous le label « UNU » (fédération de nos deux cies) présenté dans la saison du domaine d’O en 2011 puis en mars 2012 sur le texte en perpétuelle écriture de William Pellier.

En 2013 il continue les tournées de « Violet » de la cie Trois-Six-Trente et de « La grande cuisine » d’Hélice théâtre et entame une collaboration avec la cie les Trigonelles à Perpignan sur leur création 2013_14 « Le goût amer des petits princes ».

Il commence aussi à réfléchir a des dispositifs holographiques avec la cie À contre poil du sens de Matthieu Hocquemiller,  intéressée aussi par ce dispositif technique. Cette même année, Axelle Carruzzo et lui ont monté les premières étapes de recherche de CAS_1 notamment visibles au festival 100% en février 2013 à Montpellier et en Juillet 2013 au théâtre du Périscope à Nîmes.

En 2014, il jouera dans la création de U structure-nouvelle « Strip-Tease forain » d’après le travail photographique et documentaire de Susan Meseilas mis en scène par Mathias Beyler et participera aux ateliers FAR au collège des Escholiers de la Mosson organisés par cette même compagnie.


Informations complémentaires :